mardi 8 janvier 2013

Les antilopes n’ont pas de périostites tibiales et les androïdes rêvent de moutons électriques


Janvier 2011. John se prend maintenant pour un  véritable coureur. Son lourd passé de Nulenspore est loin derrière lui et il affronte la vie avec optimisme et sérénité. La course à pied fait partie de sa vie et, au dire de certaines personnes de son entourage, en fait un petit peu trop partie. John s'est énormément endurci depuis ses débuts et traîne tranquillement, sans jamais se plaindre, ses petites douleurs liées à la pratique de son sport favori, comme autant de cassolettes attachées à l'arrière de ses Mizunos. Elles sont un peu pénibles ces douleurs : John a du mal à les oublier complètement, principalement à cause du bruit, mais elles ne l'empêchent  pas de pratiquer sans relâche son activité préférée. 


Depuis quelques mois, une étrange religion venue des Amériques et vantant les bienfaits de la course à pied sans chaussures, ou avec des chaussures sans amorti, avait fait une timide apparition en France. Courir sans chaussures ? Ben voyons. Sur les mains, c'est bien aussi. Un simple livre sur la course à pied avait apparemment fait un  tabac aux Etats-Unis en restant classé pendant plusieurs semaines parmi les meilleures ventes de livres, provoquant ainsi l'émergence d'une nouvelle religion. Vous imaginez ça ? Un  livre religieux sur la course à pied : pas de doute, c'est américain.

Oui mais un livre, ce n'est jamais simple. J'aime les livres : lire un livre c'est entrer un peu dans l'esprit de l'auteur, comprendre ses motivations, voir la vie avec d'autres yeux, imaginer le monde avec un autre cerveau. Le livre en question, c'est évidemment "Born to run" de Christopher McDougall, le livre qui est à l'origine du mouvement Minimaliste. Il est paru en France en octobre 2012, et contrairement à ce qui a été écrit partout pour préparer activement sa sortie, ce n'est pas un livre "culte", c'est juste un livre qui pose de bonnes questions et propose des réponses originales.

J'en profite, comme ça, sans prévenir, pour pousser mon coup de gueule hebdomadaire : je #$*déteste##/* le mot "culte". J'en ai marre des films cultes, des émissions cultes, des vidéos cultes de YouTube, des répliques cultes, des jeux cultes, des groupes de rap cultes, des boys bands cultes, des spectacles musicaux cultes, des émissions de télé-réalité cultes, des émissions de relooking extrême cultes, de la cultitude culte et cuculte. J'aime pas le culte, je préfère la culture et oui, je sais, je parle comme un gros snob. J'assume, une fois de plus.

Mais non je n'ai pas claqué un fusible, tout va bien, je suis calme je vous dis, lâchez-moi !

Respirons profondément, fin de la série, 400 mètres de retour au calme et on enchaîne.

Début 2011, ayant entendu parler de ce fameux livre #$*culte##/* (damned, une rechute), je l'ai très sournoisement téléchargé illégalement sur Internet dans sa version originale, pas par choix mais parce que c'était la seule version disponible à l'époque. Je tiens à préciser que, tenaillé par le remord et la culpabilité et perdant progressivement le sommeil à cause de cet acte ignoble, je me suis empressé de l'acheter en 17 exemplaires dès sa parution en français. Monsieur Hadopi, s'il te plait, ne m'envoie pas ta Download Police  tout de suite, je ne suis qu'un pauvre Nulenspore. De plus, comme je lis très mal l'Anglais, je ne l'ai même pas complètement compris, ce foutu bouquin.

Aidé de mes amis Robert et Collins ainsi que d'une bonne dose de patience, j'ai quand même réussi à le lire dans sa version originale ou, pour être plus précis, à le lire complètement et à le comprendre partiellement. Je vous livre un petit extrait qui m'a interpellé, volé honteusement dans la version française parue depuis aux Edition Guérin  (Monsieur Hadopi, s'il te plait, etc.) :
- Pourquoi ai-je mal au pied ?
- Parce que courir est mauvais pour toi.
- Pourquoi courir est-il mauvais pour moi ?
- Parce que ça te fait mal aux pieds.
- Mais pourquoi ?
Les antilopes n’ont pas de périostites tibiales. Les loups n’utilisent pas de poches de glace pour apaiser leurs genoux douloureux. Je doute que 80 % des chevaux sauvages soient blessés et au repos une fois par an à cause des traumatismes dus aux impacts. Cela me rappelait une parabole attribuée à Roger Bannister qui, outre ses recherches médicales et ses bons mots, a été le premier à descendre sous les quatre minutes au mile (1 609 m). 
« Chaque matin en Afrique, une gazelle se réveille et sait qu'elle doit courir plus vite que le plus rapide des lions pour rester en vie. Chaque matin en Afrique, un lion se réveille et sait qu'il doit courir plus vite que la plus lente des gazelles pour ne pas mourir de faim. Moralité : que vous soyez lion ou gazelle, mieux vaut courir vite », disait-il. 
Pourquoi serions-nous les seuls mammifères sur cette planète à ne pas pouvoir compter sur nos jambes ? Comment un type comme Bannister pouvait-il jaillir de son labo tous les jours pour aller sillonner une impitoyable piste en cendrée chaussé de cuir très fin sans jamais se blesser ? Pourquoi certains peuvent-ils s'élancer chaque matin sitôt le soleil levé comme autant de lions ou de Bannister, alors que d’autres ont besoin d’une bonne dose d’ibuprofène pour pouvoir mettre un pied par terre ?

C'est à la lecture de cet extrait que j'ai immédiatement admis Christopher McDougall dans la grande famille des Nulenspores, groupe des Kissblesstoulletan, sous-groupe des Kanjsuiblesséjécris (Source CSN : Classification Scientifique des Nulenspores).

Certains d'entre vous se disent peut-être que ce texte a été écrit pour eux ; c'est également ce que je me suis dit.  Pour vérifier, j'ai demandé leur avis à mes genoux, mes hanches et mes tendons d'Achille et leur réponse a été unanime : ce simple bouquin était fichtrement intéressant.


Il ne restait plus qu'à le mettre en pratique, mais ça c'est une autre histoire, que je raconterai dans un autre article.

2 commentaires:

AmadeusZart a dit…

Je viens de lire cette page de ton blog. J'ai pas encore lu le reste néanmoins, merci déjà pour cette large tranche de rigolade et d'autodérision !
Une bouffée d'air frais dans l'univers de la course à pied !

J'espère que les débuts de ta pratique minimaliste se passent bien ! Bonne continuation et au plaisir de te lire.

Alexandre BOUSBAA a dit…

Bonjour John, encore une fois, blog très bien écrit et très drôle! Voila plus d'un an que vous n'avez rien écrit, pourtant il vous reste certainement bcp de chose à écrire et nous tellement de chose à attendre de vous.
J’espère vous dire à bientôt :)